Bodnath

Ce jeudi, nous avions prévu de nous rendre à Bodnath en marchant. Nous avons effectivement marché… jusqu’à la boutique de location de motos! Après avoir négocié le prix pour 2 jours, choisi le modèle (une Honda 150), et reçu au passage un « tikka »* porte-bonheur de la part d’un « Pujari »**, nous nous sommes mis en route. Le fait de rouler à gauche n’est pas le plus difficile, non. Le principal challenge consiste à rester sur la moto sans entrer en collision avec une autre moto, un taxi, un camion, un bus, un piéton, un chien ou une vache… (bref, tout ce qui constitue la population routière de la ville), tout en parvenant à trouver son chemin et éviter les autres obstacles de la route (nids de poule, cailloux, trous d’égouts, etc.)! Pour rassurer tout le monde, si vous lisez cet article aujourd’hui, c’est que nous avons survécu à deux jours de moto!

Pour en revenir à Bodnath, il s’agit de la ville accueillant le plus grand Stupa d’Asie. Ce village est également appelé Bouddhanath ou Boudha. Bizarrement, le Stupa n’est pas visible de loin et on le découvre d’un coup au détour d’une ruelle. Le site est impressionnant et fourmille de moines tibétains, pèlerins mais aussi de touristes arrivant par bus complets. Les bâtiments tout autour de la Stupa, boutiques d’artisanat tibétain et restaurants hors de prix, cassent un peu l’atmosphère spirituelle du lieu.

Le bâtiment, ayant beaucoup souffert du séisme de 2015, est en pleine réhabilitation et nous n’avons pas pu faire le tour de la plateforme. Cela dit, voir les artisans œuvrer pour la remise en état des différents éléments de l’édifice était aussi très intéressant. Ce Stupa est réputé dans la région pour ses proportions et sa pureté uniques. La base symbolise la terre, le dôme l’eau, la tour carrée le feu, la flèche l’air et l’ombrelle au sommet le vide qui s’étend au delà de l’espace. Les 13 marches qui constituent la flèche représentent les 13 stades par lequel l’homme doit passer pour atteindre le nirvana. On retrouve sur chaque face de la tour carrée les yeux de Bouddha, qui voient tout, orientés selon les 4 points cardinaux, et le chiffre un, symbole de l’unité de toute vie. Les moulins à prière sont disposés par groupe de 4 ou 5 dans des niches du mur entourant le stupa.

Des monastères tibétains, ou Gompas, sont présents dans les ruelles autour du Stupa; on les reconnait à la roue du Dharma, entourée de deux daims, présents sur leur fronton. Un grand nombre de Tibétains habitant Bodnath sont des réfugiés ayant quitté la Chine après 1959. Après avoir déambulé autour du Stupa dans le sens horaire, comme le font les pèlerins, nous sommes montés sur un toit-terrasse pour avoir une meilleure vue de l’édifice. Nous n’avons pas visité les temples bouddhistes car l’heure avançait et nous ne voulions pas rentrer de nuit avec la moto; mais le meilleur moment pour profiter de l’atmosphère du lieu serait la fin d’après-midi, après le départ des flots de touristes et à l’heure de la prière.

* Tikka = point sur le front, appliqué du bas vers le haut, le plus souvent constitué de poudre rouge, mais aussi parfois noir ou gris cendre. Appelé aussi « Bindi » pour les femmes. Il peut être porté en ornement, porte-bonheur ou signe religieux pour les Hindous.

**Pujari = prêtre effectuant la Puja, cérémonie faisant partie de la vie courante des Hindous, dans laquelle on fait offrande à une divinité de fleurs fraîches, de denrées, d’encens…

Publicités

2 réflexions sur “Bodnath

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s