Trek des Annapurnas – partie 3

  • Journée d’acclimatation à Manang (3600m)

Afin de permettre à nos corps de s’acclimater à l’altitude, il était préconisé de passer une journée de repos à Manang. Lundi, nous avons donc profité de notre premier jour sans marche depuis 1 semaine! Cela nous a vraiment reposés de nous lever plus tard et de profiter de la bonne cuisine de l’hôtel. Nous nous sommes promenés dans le village, aux airs de ville de western, avec sa rue principale bordée d’hôtels à balconnets en bois. Il y a aussi beaucoup d’échoppes à destination des touristes, et une partie habitation beaucoup plus modeste. Nous remarquons qu’il y a bien plus de monde que sur le trajet et notamment des têtes que nous n’avions jamais vues jusqu’à présent. Cela s’explique par la rangé de jeeps garées à l’entrée du village : beaucoup de touristes (et surtout des Indiens?!) semblent venir jusqu’à Manang en jeep, y passer un jour ou deux d’acclimatation, et partir pour un itinéraire de trek. L’exposition du village permet d’avoir un ensoleillement maximum, de 7h à 16h, ce qui est exceptionnel avec les montagnes alentours. En début d’après-midi, nous envisageons de gravir les quelques 150m de dénivelé permettant d’atteindre un Gompa en surplomb du village. Sans nos lourds sacs, cela aurait pu paraître facile, mais nous sommes tout de même à plus de 3500m d’altitude et l’oxygène se fait plus rare! De là, nous remarquons un Stupa, sur une autre colline au-dessus du village. Nous décidons d’y monter également : la vue sur le village est magnifique. Le glacier du Gangapurna (7455m) descend quasiment jusque dans le lac, couleur turquoise, que l’on aperçoit en arrière-plan.

Nous redescendons pour nous rendre à une conférence sur le mal aigu des montagnes (ou Acute Mountain Sickness – AMS), donnée gratuitement tous les jours par le poste médical de Manang. La présentation, très intéressante et dispensée avec humour par un médecin canadien, rappelle les symptômes de l’AMS, les comportements à adopter et les risques en cas d’aggravation. Chaque saison, environ 10000 personnes franchissent le col du Thorung La, comme nous nous apprêtons à le faire. Une personne sur deux souffrira de l’AMS, sans gravité (maux de tête, nausées) et environ 50 personnes seront évacuées pour des complications. Nous espérons simplement ne pas entrer dans les statistiques! Nous profitons d’être sur place pour effectuer un contrôle du taux d’oxygénation du sang. Il doit être à 95 au niveau de la mer, 85 à Manang; nous sommes tous les 2 à 90: rassurant! Nous passons la soirée au chaud prêt du poêle de la salle à manger, avant de nous préparer psychologiquement pour les 3 prochains jours.

  • Journée de Manang (3600m) à Letdar (4200m)

Nous quittons Manang assez tôt le mardi matin, en forme après notre journée de repos. Bien qu’il soit recommandé de ne pas monter plus de 300 à 500m par jour, nous planifions une étape de 600m de dénivelé, comme le font beaucoup de groupes autour de nous. En sortant du village, le sentier monte immédiatement vers le village voisin de Gunsang, passant devant quantités de moulins à prière. Avec l’altitude, le rythme cardiaque monte en flèche et l’air frais irrite la gorge; nous devons nous arrêter régulièrement pour reprendre notre souffle. Un panneau indique que nous entrons dans une zone interdite aux véhicules motorisés: nous allons pouvoir profiter pleinement de l’air pur de la montagne! Au cours de la marche, nous sommes rattrapés par quelques groupes de trekkeurs, que nous suivrons quelques jours. En effet, après Manang, la majorité des voyageurs prennent le même itinéraire: 2 jours de montée progressive pour s’acclimater et passage du col le 3ème jour.

Nous arrivons au hameau de Yak Kharka (4000m) pour la pause déjeuner, ce qui nous permet de reprendre notre souffle. Le meilleur moyen d’éviter l’AMS étant de bien respirer pour permettre au corps de mettre en oeuvre le processus d’acclimatation, nous prenons notre temps. Nous repartons pour Letdar, que nous atteindrons avant 14h, ce qui nous laisse du temps pour profiter encore du soleil. Avec l’altitude, la sinusite de Nadia prend de l’ampleur et créé des migraines: à ce moment-là nous ne savons pas s’il s’agit de l’AMS et nous restons vigilants. Si les symptômes s’aggravent, il faudra redescendre. Après le confort de l’hôtel de Manang, notre chambre nous parait très sommaire et particulièrement froide!

  • Journée de Letdar (4200m) à Thorung Phedi (4540m)

La nuit à Letdar n’a pas été très reposante. La migraine de Nadia disparaît avec le petit-déjeuner, mais il ne faudra pas monter trop vite. C’est pourquoi nous décidons de raccourcir la journée en nous arrêtant à Thorung Phedi, alors que nous voulions monter au High Camp (4900m). Franck n’a aucun symptôme, les statistiques sont respectées! Pour faciliter les choses, il a récupéré une grande partie du sac de Nadia, ce qui donne la répartition suivante: 7 kg / 25 kg! Malgré tout cela, le parcours est difficile: le souffle est court, la migraine guette… Et en plus il fait très froid, nous sentons à peine nos orteils en quittant l’hôtel! Une fois le versant éclairé par le soleil, les choses sont un peu plus faciles, mais nous restons très lents et laissons passer tous les trekkeurs partis après nous.

Nous mettrons près de 3h à atteindre une première étape à 3,5km seulement! Après une bonne pause, la suite est plus simple et il nous faudra moins de 45min pour faire les 1,5km nous séparant de Thorung Phedi. Arrivés sur place, nous ne regrettons pas de ne pas continuer vers le High Camp: nous préférons passer une bonne nuit et avoir une journée un peu plus longue le lendemain, plutôt que risquer un très mauvais moment en tentant de dormir trop haut. Un adage de trekkeur recommande de dormir plus bas que le point le plus haut atteint dans la journée (« hike high, sleep low »). Nous décidons donc de gravir, sans les sacs, les quelques mètres qui nous séparent d’un autre lodge, pour gagner en altitude avant de redescendre. Nous terminons l’après-midi dans l’ambiance un peu baba cool de la salle commune du lodge: le temps est un peu long, mais une partie de belote nous permet de nouer contact avec 2 français, Guillaume et Nicolas. Le temps de perdre la partie, manger le dîner, et il est l’heure de se coucher; le lever est prévu pour 5h le lendemain!

Publicités

4 réflexions sur “Trek des Annapurnas – partie 3

  1. Neiz dit :

    Sublime ! les paysages sont de plus en plus magnifiques !!
    Bon courage pour la suite ! bel gestion pour le moment !!
    (PS: je crois que la différence de maux de tête entre la migraine et le mal des montagnes c’est l’endroit : la migraine fait plus mal juste au dessus des yeux tandis que le mal des montagnes fait irruption au milieu voir derrière le crâne. expérience perso mais pas sûr du tout que ça s’applique à tout le monde 😉 )

    J'aime

    • Nadia dit :

      Merci pour tes conseils! Ils ont été très utiles! A ce jour, nous avons passé le col, finalement sans symptômes. J’ai quelques articles de retard mais le retour à la ville va rattraper tout ça! 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s