Allahabad Express

Lundi, nous devons nous rendre à Allahabad pour une journée, avant de continuer vers Agra. Cette ville a une importance culturelle et religieuse pour les Indiens, car elle est située au confluent de deux fleuves sacrés: le Gange et la Yamuna, mais elle est aussi importante politiquement puisque nombre d’hommes de pouvoir sont issus de la région. Les quelques points d’intérêts devant se visiter rapidement, nous ne comptons y rester qu’une nuit. Au moment de prendre le rickshaw vers la gare routière de Varanasi, nous croisons à nouveau « Babelou » (décidément, il est partout!), qui nous aide à négocier le prix. En Inde, le bus et le train sont les principaux moyens de transport interurbains. Il existe de nombreuses compagnies privées de bus, proposant des véhicules et des trajets de toutes catégories (différents niveaux de confort, différentes tailles de véhicule, trajets directs ou avec arrêts, etc.) et de ce fait à tous les prix. Pour éviter d’avoir à négocier, nous préférons le réseau de bus publics. Il propose également différentes catégories de véhicules et de trajets mais les prix sont fixés et sont les mêmes pour tous. Le ticket peut être acheté à un guichet ou dans le bus, auprès du contrôleur qui donne un reçu. Les bus publics sont moins bien entretenus, par manque d’argent, mais comparé au Népal, cela nous paraît très sûr!

Arrivés à la gare routière de Varanasi, nous trouvons assez facilement le bus qui part pour Allahabad: un combi climatisé. Le trajet devrait être assez rapide avec ce type de véhicule! En effet, nous roulons assez vite, sur une route en bien meilleur état que celle empruntée depuis le Népal. Mais le brouillard très intense perturbe la circulation et à 20km de l’arrivée, nous sommes bloqués pendant 1h, sans explications. Nous n’atteignons la gare routière d’Allahabad que vers midi. La journée est déjà bien entamée et nous n’avons pas encore trouvé d’hôtel… Nous parcourons la rue principale, où s’alignent de grands magasins occidentaux et des hôtels de luxe et nous tentons notre chance dans quelques établissements plus modestes. Mais les prix sont incroyablement élevés pour les prestations proposées. Après 2h de recherche infructueuse, nous décidons d’abandonner et de nous rendre directement à Agra. La gare n’est qu’à 5 min à pied et nous comptions de toute façon prendre un train le lendemain. De grandes passerelles passent au dessus des voies pour accéder aux quais; les escaliers sont bien raides après 2h à marcher au soleil avec les sacs sur le dos. Nous parvenons à trouver le guichet des réservations, mais nous sommes un peu perdus sur la procédure à suivre. Heureusement, en milieu d’après-midi il n’y a pas trop de monde et nous pouvons nous renseigner à l’un des guichets. Nous nous aidons également des conseils du blog indianthali.fr qui explique très bien le fonctionnement des trains indiens.

Le système des chemins de fer indien est assez compliqué: de nombreux trains circulent entre les grandes villes et il est difficile d’avoir une vue d’ensemble de tous les trajets possibles. A tel point que la compagnie indienne des chemins de fer (Indian Railway) édite un guide annuel – intitulé sobrement « Trains at a glance » – répertoriant tous les trains, horaires, routes, etc. Avec la réservation en ligne, les choses sont plus simples, mais cela suppose une inscription fastidieuse avec passeports et autres justificatifs. Non seulement nous n’avons pas de connexion à ce moment-là, mais en plus le service d’inscription en ligne est indisponible ces derniers temps (probablement surchargé par les demandes d’Indiens cherchant un moyen de paiement alternatif au cash!). Nous devons donc nous débrouiller avec les informations disponibles sur place. Nous souhaitons prendre un train de nuit: Agra étant à quelques 500 km, le trajet risque d’être long et cela passera plus vite en dormant. Une réservation est obligatoire pour les trains avec couchette. Pour cela, il faut se procurer un formulaire et le compléter avec le nom et le numéro du train, la gare de départ et celle d’arrivée, les horaires, la classe souhaitée et nos coordonnées personnelles. Les infos concernant les trains sont disponibles dans le guide édité par l’IR ou sur de grands panneaux d’affichage dans la gare (uniquement valables pour les trains passant par cette gare). Nous trouvons le train qui nous convient sur le panneau: le Allahabad-Jaipur Express, départ 23h30 et qui s’arrête à Agra vers 7h. Pour le choix de la classe, nous avons différentes options:

  • 1AC (première classe climatisée, 2 à 4 couchettes dans un compartiment fermé)
  • 2AC (2ème climatisée, 6 couchettes (3 étages de 2), fermées par des rideaux, par compartiment)
  • 3AC (3ème climatisée, 9 couchettes (3 étages de 3), dans un compartiment sans rideaux)
  • Sleeper (couchettes par 3 étages, dans un wagon sans compartiments, non climatisé)
  • 2ème classe (banquettes en bois, surchargé de monde, pas de réservation, petits prix)

Nous tentons la 2AC, les prix sont déjà assez élevés (un peu plus qu’une nuit d’hôtel). Une fois le formulaire complété, il faut faire la queue jusqu’au guichet, sans se faire doubler! En effet, le train est très utilisé par la population et certains, notamment les trains de nuit, sont souvent complets. Chaque place est donc comptée! De fait, nous sommes placés sur liste d’attente (waiting list): WL 8/19. Cela signifie que la liste est de 19 personnes, dont 11 ont déjà trouvé une place. Nous ne devrions pas avoir de soucis en étant dans les 30 premiers. Il faut savoir qu’une grande partie des places (presque 50%) est dédiée à des quotas (touristes, militaires, employés de l’Etat, handicapés, etc.) Si ces catégories n’en font pas la demande, les places sont libérées quelques heures avant le départ du train, permettant aux personnes en attente de voir leur billet validé.

A 15h, notre billet liste d’attente en main, nous nous rendons dans un « food court » pour patienter. Le jeu de cartes étant au fond du sac cadenassé, la connexion wifi est salvatrice! Le statut du ticket de train est consultable en ligne (irctc.co.in), mais le serveur est saturé ce soir-là, et Franck doit retourner à la gare pour obtenir l’information. Il revient quelques minutes plus tard avec des tickets validés: nous serons bien en classe 2AC. Nous nous rendons à la gare vers 22h45 pour repérer le quai de départ. Le train est déjà là, ce qui nous permet de prendre le temps de trouver le wagon (il y en a tellement!) et de nous installer à l’intérieur. Nous avons les banquettes du bas, tout à l’entrée du wagon. Pour la prochaine fois, nous retiendrons que ce sont des places à éviter car il y a beaucoup de circulation! Nous suivons les recommandations et attachons nos sacs sous les banquettes, bien qu’on ait du mal à imaginer quelqu’un partir en courant avec les 18kg du sac de Franck! Le train part à l’heure (23h30). Quelques minutes plus tard, un homme passe distribuer draps, oreillers et couvertures. C’est encore mieux que dans certains hôtels! Petit à petit, les passagers s’installent, les lumières s’éteignent… Le train roule très doucement, le voyage s’avère finalement plutôt confortable et nous dormons bien.

Lorsque nous nous réveillons, à 6h, un rapide coup d’œil au GPS nous indique que nous ne sommes même pas à mi parcours! Nous avons dû nous arrêter une bonne partie de la nuit, peut-être à cause du brouillard qui est très dense dans la région. La suite du trajet est interminable, nous n’avançons que très lentement et multiplions les arrêts. Nous n’atteindrons Agra qu’à 14h. A la sortie de la gare, les chauffeurs d’auto-rickshaw sautent sur les touristes. Nous consultons la grille de tarifs au niveau du kiosque de taxis pré-payés avant de négocier les prix et d’embarquer dans un véhicule en direction du quartier de Taj Ganj. Situé juste au sud du Taj Mahal, cette zone regroupe un grand nombre d’hôtels bon marché. La pénurie de touristes liée aux problèmes de cash a un côté positif: les hôtels sont vides et nous avons le choix! Nous nous installons dans un établissement dont le toit-terrasse donne une excellente vue sur le Taj Mahal. La brume subsiste un peu et il fait frais, mais nous savourons le simple fait de se poser après plus de 24h en transit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s