Jaipur, capitale du Rajasthan

Le vendredi 9 décembre, nous quittons Agra et l’état de l’Uttar Pradesh, pour nous rendre au Rajasthan. Comme beaucoup de touristes en cette période, nous comptons faire le tour des principales villes de la région, réputée pour ses palais et forts de l’époque des Maharajas. En revanche, nous prendrons beaucoup plus de temps que les tours opérateurs, puisque nous prévoyons 3 jours dans chaque ville, histoire de visiter à notre rythme. Après 1,5 mois de voyages, cela devient fatigant de défaire et refaire le sac tous les jours! Nous prenons donc le bus assez tôt en direction de Jaipur, la capitale du Rajasthan. Le temps est vraiment maussade et nous effectuons une bonne partie du trajet dans un brouillard toujours aussi épais (voir la vidéo).  Nous arrivons à Jaipur vers 15h, le soleil brille et il fait chaud: le contraste avec la météo du matin est saisissant! La ville, immense, est située dans une vallée ceinturée de collines sur lesquelles se dressent les forts des Maharajas. L’arrivée en ville est spectaculaire. Dans les rues, la quantité de voitures privées est un bon indicateur du niveau de vie plus élevé des habitants, qui sont aussi plus accueillants qu’à Agra, nous semble-t-il. La circulation est dense, sur les grandes avenues les véhicules doublent à toute vitesse des dromadaires au pas nonchalant. Bienvenue au Rajasthan!

Jaipur est réputée être la ville la plus agitée de la région, notamment de par son statut de capitale de l’état, qui en fait une ville très dynamique et moderne. De fait, à peine arrivés, nous trouvons un distributeur qui fonctionne et sans file d’attente: un retour à la civilisation qui nous fait du bien! En effet, si nombre de touristes sont déçus du côté effervescent et moins « authentique » de la cité (comparée aux autres villes du Rajasthan), nous nous rendons compte que nous avons besoin de retrouver quelques repères européens: le dépaysement, ça va bien quelques jours! Cela dit, Jaipur possède de nombreux sites d’intérêts, que nous visitons dès le lendemain. La vieille ville, surnommée la ville rose, a été bâtie au XVIIIè siècle pour loger la population croissante et faire face à une pénurie d’eau dans l’ancienne capitale, Amber, située à 10km. Première cité planifiée d’Inde du Nord, elle est parfaitement symétrique. Ses rues perpendiculaires accueillent de nombreux bazars, où il est agréable de se promener. Les murs ont été peints en rose – couleur de l’hospitalité – en 1876, pour la venue du Prince de Galles, ce qui a donné son surnom à la cité. Les habitants sont depuis lors tenus de préserver la couleur de leur façade.

Nous pénétrons dans la ville rose par l’une des imposantes portes qui transpercent le mur d’enceinte. Les auto-rickshaw s’y bousculent sans aucune notion du code de la route… Nous parcourons les allées des bazars: chaque quartier a sa spécialité. Vendeurs de textiles divers à l’entrée, puis bijoutiers (Jaipur est réputée pour le négoce d’or et de joyaux), vendeurs de bracelets, spécialistes de l’équipement culinaire ou encore tailleurs pour les sarees et costumes de mariage: tous les métiers sont représentés. Le matin, peu de boutiques sont ouvertes, mais nous verrons qu’en fin de journée, l’agitation est à son maximum et il est alors difficile de se frayer un chemin! Nous nous rendons au palais des vents (Hawa Mahal), l’édifice le plus célèbre de la ville. Le palais, en grès rose, est magnifique avec ses nombreuses fenêtres ajourées, qui permettaient aux femmes d’apercevoir le spectacle de la rue sans être vues. Comme pour toutes les attractions depuis notre arrivée en Inde, les tarifs ont considérablement augmenté. Un ticket combiné nous permet néanmoins l’accès à plusieurs monuments à un prix plus avantageux. La vue depuis le sommet de l’édifice est superbe.

Nous visitons ensuite l’observatoire royal (Jantar Mantar), datant du XVIIIè siècle, et bâti à l’époque pour le Maharaja Jai Singh, féru d’astronomie. Il aurait fait venir des spécialistes du monde entier pour faire construire les instruments, aujourd’hui rénovés, qui permettaient de mesurer la position d’objets célestes, ou encore de déterminer l’heure exacte. Les quelques explications ne nous permettent pas vraiment d’en comprendre le fonctionnement, mais la balade dans le jardin, au milieu des immenses sculptures, est bien agréable, malgré le soleil qui tape fort. A proximité, un minaret de 35m de haut (Iswari Minar Swarga Sal), nous donne une vue panoramique sur toute la ville; nous nous rendons alors compte de son étendue – elle abrite tout de même près de 3 millions d’habitants! En fin de journée, nous nous rendons au Nahargarh, un fort surplombant la ville et auquel on accède par un chemin escarpé. Nous sommes surpris par l’état de conservation du bâtiment et par la finesse des décorations: cela fait plus penser à un palais qu’à des fortifications. En redescendant, la vue sur la ville au coucher du soleil est magnifique. Le bruit des klaxons, des cris des vendeurs ambulants et de l’appel à la prière remontent par écho jusqu’à nous. Des cerfs-volants planent par dizaines au dessus des toits terrasses, tandis qu’en contrebas, les bazars s’animent. Il nous faudra 1h30 pour rentrer à l’hôtel en passant par les ruelles agitées de la vieille ville.

Le lendemain, nous débutons la journée par la visite du fort d’Amber, situé à 10km de Jaipur. Le trajet se fait en rickshaw, et passe à proximité des Royal Gaitor (cénotaphes royaux) et du Jal Mahal (palais de l’eau), semblant flotter au milieu du lac Man Sagar. Le fort est en fait un palais, en grès jaune et rose, finement décoré. De l’extérieur, la citadelle est magnifique, avec les jardins et le bassin en premier plan. L’entrée se fait par une route pavée, qui monte en zigzag jusqu’à la porte du Soleil. Nous observons le va-et-vient continu des éléphants, qui acheminent ceux qui le souhaitent (et qui payent, bien sûr) jusqu’à la cour principale ou Jaleb Chowk. Ces animaux sont vraiment impressionnants, et même si nous n’apprécions par leur exploitation, ils ne semblent pas maltraités. Nous visitons les différentes salles, cours et galeries du fort: la récente restauration (encore en cours) est une réussite. Nous avons notamment apprécié les appartements du Maharaja, ou encore la salle de la Victoire, incrustée de miroirs, et située devant un joli petit jardin, traversé d’un chenal acheminant de l’eau fraîche pour les chaudes journées d’été.

Après 2h de visite, le rickshaw nous ramène à Jaipur, où nous faisons une pause devant l’Albert Hall. Ce bâtiment, mêlant architecture européenne et indienne, abrite aujourd’hui le Central Museum, que nous ne visiterons pas. Nous prenons un instant pour goûter le meilleur lassi de la ville, au Lassi Walla (voir nos bonnes adresses). Comme tous les établissement recommandés dans notre guide, il compte beaucoup d’usurpateurs, mais nous l’identifions facilement grâce à la longue file d’attente de locaux qui attendent devant. La dégustation vaut le déplacement! L’après-midi, nous nous rendons au City Palace, pour visiter le musée. Au comptoir, nous avons la bonne surprise de constater que le guichet pour les étrangers est vide, tandis que les Indiens font la queue au guichet local. Il y a une bonne raison à cela: le prix exorbitant! Si nous voulons entrer dans le palais, cela équivaudrait à deux jours de budget! Et il faut payer en plus pour le musée… Nous abandonnons, persuadés de pouvoir découvrir d’autres splendeurs du Rajasthan à des prix plus raisonnables dans les prochaines villes. La journée écourtée, nous rentrons tôt à l’hôtel: il faut déjà refaire les sacs…

Publicités

2 réflexions sur “Jaipur, capitale du Rajasthan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s