Vacances au Kerala: les backwaters

Jeudi matin, nous nous levons tôt pour prendre la route qui redescend vers la côte et notre destination, Kumarakom. Cathy a réservé un house-boat et nous a organisé une petite virée sur les backwaters (littéralement « eaux de l’arrière »), ces étendues d’eau séparées de la mer par une fine bande de terre et qui forment un réseau de canaux dans l’arrière pays. La ville la plus prisée pour ce genre d’excursions est Alleppey, envahie de touristes en cette période. C’est pour cette raison que nous n’y allons pas ! Kumarakom, plus en retrait du lac, est moins fréquentée et abrite un sanctuaire où l’on peut observer les oiseaux. Notre chauffeur nous conduit au point de rendez-vous avec Kance, le gérant du bateau, qui possède une petite flotte et tente de mener son entreprise de façon écoresponsable. En effet, avec le développement des emballages plastiques, les populations locales ont fait face à une dégradation rapide de leur cadre de vie (les canaux sont utilisés pour la pêche, la toilette, la lessive… et le tourisme). Contrairement au nord de l’Inde, nous avons constaté au Kerala une prise de conscience de l’importance de préserver cet environnement – il faut dire également que cet Etat serait le plus alphabétisé d’Inde et précurseur en terme d’égalité entre les sexes. Kance nous explique donc qu’il cherche à n’employer que des ressources locales, à utiliser des bateaux construits de manière traditionnelle (pas de métal) et à réduire au maximum les déchets. Alors que nous prenons possession de nos chambres et visitons le magnifique house-boat tout en bois, l’équipage ravitaille et prépare le départ.

Nous quittons le quai en début d’après-midi, et naviguons sur les canaux jusqu’à rejoindre le lac principal, où circulent de nombreux autres bateaux. Des pêcheurs sur leur petite barque jusqu’aux gros house-boat de luxe, il y a un peu de circulation mais cela n’entame pas l’atmosphère paisible. Notre embarcation semble glisser sur l’eau, serpentant entre les nénuphars et passant devant des carrelets chinois (grands filets de pêche fonctionnant par contrepoids). De nombreux oiseaux sont visibles : beaucoup de cormorans, qui sèchent au soleil, les ailes ouvertes, perchés sur des pilotis, mais aussi des échassiers, marins-pêcheurs et autres espèces que nous ne connaissons pas. Le bateau s’arrête en bordure de rizière pour le déjeuner. Celui-ci, copieux et délicieux, est servi autour d’une grande table avec nappe blanche et vaisselle en céramique : c’est le grand luxe ! L’après-midi, le capitaine nous fait faire le tour du lac, tandis que nous profitons des paysages, affalés tels des pachas sur les canapés situés à l’avant du bateau. Un en-cas est servi à l’heure du thé : bananes grillées ! C’est un peu trop… Nous nous arrêtons ensuite devant une poissonnerie, où nous achetons les crevettes pour le repas du soir – petite folie de vacances, puisque le menu était déjà fixé.

Pendant que l’équipage prépare le dîner, nous débarquons pour une petite marche, nécessaire après toutes les victuailles de l’après-midi! Le bateau s’est garé dans l’un des canaux au nord du lac ; il y a peu de circulation et il est plus facile d’observer la vie locale en fin de journée. Nous croisons un homme préparant ses appâts pour la pêche, des écoliers rentrant de l’école, et un livreur de bananes généreux (merci Cathy !). Un bateau est en cours de construction à proximité du lieu où nous sommes accostés, il faudra apparemment 6 mois pour le terminer. Le coucher du soleil sur l’eau est splendide et nous profitons du spectacle malgré les moustiques qui commencent à affluer. Après le dîner (exploit, nous avons presque tout mangé !) et une soirée jeux, nous devons laisser la place à l’équipage, qui dort sur les canapés à l’avant. Nous regagnons nos chambres spacieuses, climatisées et toutes munies de salles d’eau… on s’habitue vite au confort ! Le lendemain matin, le petit déjeuner est servi peu après le lever du soleil (oui, nous n’avons fait que manger sur ce bateau !). En début de journée, les fleurs de nénuphar s’ouvrent et forment de magnifiques tapis colorés à la surface de l’eau. Le capitaine lève les amarres assez tôt et nous profitons d’une dernière promenade sur les canaux paisibles, avant de retourner à notre point de départ.  A l’arrivée, notre chauffeur nous attend pour nous emmener vers la prochaine destination : la plage !

Publicités

Une réflexion sur “Vacances au Kerala: les backwaters

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s