Chili: le bilan

Ça y est, cette fois nous quittons vraiment le pays. Il faut dire que nous avions prévu de sauter le pas en Patagonie, mais nous avons changé le programme après avoir compris que le budget pour l’Argentine était sous-estimé. Voyons le côté positif de la chose: cela nous a permis de découvrir une région supplémentaire de ce pays coup de cœur! Et c’est avec nostalgie que nous mettons fin à notre périple sur cette grande bande de terre, tellement attachante. L’heure du bilan a donc sonné, et voici, pour commencer les chiffres de notre séjour…

Nous sommes entrés sur le territoire chilien le 23/01/2017, à l’aéroport de Santiago, pas très frais après 2 jours de voyage depuis l’Inde! Lors de notre passage en Patagonie, nous avons fait un saut de 10 jours en Argentine, avant de remonter capter la chaleur du désert, pour enfin, sortir du pays le 21/03/2017, encore par l’aéroport de Santiago. Ce qui donne 47 jours au Chili, répartis de la façon suivante:

  • 6 jours sur l’Île de Pâques
  • 3 jours dans la capitale, Santiago
  • 4 jours à ValparaÍso
  • 4 jours en Araucanie (Pucón)
  • 4 jours dans la Région des Lacs (Puerto Varas)
  • 8 jours sur la Isla Grande de Chiloé
  • 6 jours en Patagonie du sud,
    • Dont 5 jours sur le trek du W, dans le parc national Torres del Paine
  • 7 jours dans le désert d’Atacama (Calama, San Pedro)
  • 5 jours en transit (bus, avion)!

Au total, ce sont plus de 4200 km parcourus en bus sur la Ruta 5, la fameuse Panamericana. Comptons également 3 vols internes4 passages de frontière terrestre avec l’Argentine (et donc pleins de tampons dans le passeport!), 2 locations de véhicules, 1 trajet en auto-stop et plus de 130h en bus (en comptant les petits trajets). Côté logement, nous avons passé 30 nuits en tente, 9 en auberge de jeunesse,  3 en voiture de location et 5 en bus! Enfin, un point sur la météo: il est intéressant de noter que nous avons connu au Chili nos premiers jours de pluie depuis le début du voyage, avec au total 8 jours de fortes averses! Les nuits en tente nous ont permis de bien prendre la température du pays: de -5°C à +38°C au soleil, les extrêmes ayant été atteints dans le désert d’Atacama.

Voir aussi, l’itinéraire au Chili.

Ce qui nous a plu:

  • La gentillesse des Chiliens. Après un pays comme l’Inde où il faut se battre pour tout, nous avions l’impression de débarquer sur l’île enchantée en arrivant à Hanga Roa! Cela s’est vérifié partout: les Chiliens sont super accueillants! Ils n’hésitent pas à engager la conversation, à aider sans qu’on leur demande et même à partager leur goûter dans le bus!
  • Les parcs nationaux, tous grandioses. Du Nord au Sud, une soixantaine de parcs jalonnent le pays, ce qui permet de protéger l’incroyable diversité de flore et de faune présente sur le territoire. La Conaf a quelques difficultés à tout entretenir, mais globalement, les parcs que nous avons visités étaient bien gérés et nous avons profité de paysages à couper le souffle.
  • L’excellent réseau de transports en commun. Bien qu’il soit facile de faire du stop, nous avons constaté que ce n’était pas notre tasse de thé. Mais nous avons pu compter sur une très bonne couverture du territoire par les compagnies de bus, qui proposent dans l’ensemble une prestation de très bon rapport qualité/prix.
  • La pureté du ciel. Que ce soit sur l’Île de Pâques, en Patagonie ou dans le désert d’Atacama, nous avons connu de magnifiques nuits étoilées. La faible pollution lumineuse et la pureté du ciel chilien permettent d’observer les astres sans équipement spécial: il suffit de lever la tête et d’ouvrir les yeux pour s’émerveiller devant la voie lactée!

Ce que nous avons moins apprécié:

  • Le côté mercantile qui est maintenant donné au parc national Torres del Paine. Les Rangers n’avaient pas d’autre mission que de fliquer les randonneurs sur leur réservation, plutôt que de les éduquer au respect de la nature. C’est dommage, et nous pensons qu’il ne sera plus possible, à l’avenir, de profiter du parc sans passer par des tours-opérateurs qui s’occuperont de tout réserver, mais à des prix excessifs…
  • La distinction de traitement entre les Chiliens et les « extranjeros » , que nous n’avons d’ailleurs observée qu’au Sud de la Patagonie, était très désagréable. Nous avions l’impression d’être tenus responsables de la dégradation des sentiers de randonnée et de la pollution, alors que nous avons bien souvent constaté que les étrangers sont plus éduqués au respect des parcs nationaux que les locaux. Mais c’est un cas particulier, qui ne doit pas remettre en cause le premier point: les Chiliens sont trop sympas!
  • La difficulté à trouver de la nourriture saine. Non, les churros, chorillana, sopapilla et autres spécialités de fritures ne sont pas très équilibrées! Les Chiliens mangent gras et protéiné, en général, et de nombreux produits industriels comportent des étiquettes à rallonge. Impossible de trouver des yaourts sans gélatine ou des jus de fruits 100% pur jus! Il nous a fallu fermer les yeux sur la quantité de substances chimiques ajoutées aux soupes et sauces utilisées pour la popote, mais nous faire nous même à manger était très probablement la solution la plus saine! Heureusement, quelques spécialités locales valent le détour, notamment tout ce qui est à base de maïs (OGM?).
  • La difficulté à se faire comprendre lorsqu’on ne parle pas espagnol: l’anglais n’est pas souvent parlé ni compris! Non pas que cela nous ait bloqué, les gens étant tout de même très accueillants, mais il est dommage, pour un pays qui a un tel potentiel touristique, de ne pas pouvoir interagir avec ses visiteurs. Après discussion avec les locaux, cela serait lié à un système éducatif qui se cherche encore. De notre côté, nous avons pu bien progresser en espagnol, ce n’est donc qu’un petit bémol.
20170318_Calama_1

Humitas (en haut) et Pastel de Choclo, deux spécialités à base de maïs

Globalement, le Chili est un véritable coup de cœur, du début à la fin. La diversité des paysages et la gentillesse des gens nous donnent envie de revenir, pour explorer les régions que nous n’avons pas pu voir sur ce mois et demi. Nous recommandons vivement cette destination, tout le monde peut y trouver son compte!

Pour voir tous les articles concernant le Chili, utilisez le menu “accès par catégorie”, dans la colonne de droite (en bas dans la version mobile du site).

Accéder à la galerie photo du Chili

Publicités

2 réflexions sur “Chili: le bilan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s