Premiers pas à Córdoba

Après avoir quitté la région de Mendoza, nous rendons à San Luis en bus. Nous avons prévu d’y passer une journée complète pour randonner dans le parc national Sierra de las Quijadas, un canyon aux formations rocheuses impressionnantes. Malheureusement, comme le laisse présager le temps pluvieux qui nous suit depuis quelques jours, nous allons devoir changer le programme. Les averses orageuses se succédant toute la journée, nous n’envisageons pas une randonnée dans ces conditions, et nous passons le temps comme nous pouvons dans la ville de San Luis, que nous quittons sans regrets le lendemain matin. Cette fois, direction Córdoba, une ville étudiante réputée pour son dynamisme et sa qualité de vie: nous sommes pressés de voir ça! Partis peu avant 11h, il nous faudra presque 7h pour effectuer les 430 kilomètres qui séparent San Luis de Córdoba: c’est long ! Lorsque nous atteignons la gare routière, nous avons les jambes engourdies et nous sommes presque heureux de parcourir à pied les 2km jusqu’à l’auberge de jeunesse. Celle-ci est idéalement située, dans Nueva Córdoba, un quartier animé en soirée et à 15min à pied du centre historique. En revanche, c’est son seul avantage. Nous nous sommes vraiment trompés sur le choix du logement et nous n’avons qu’une hâte : fuir de cet établissement insalubre ! Ce n’est pas pire que l’Inde (et encore, nous n’avions pas eu de cafards aussi gros), mais en Argentine, nous ne nous étions pas préparés à vivre ça ! Malheureusement, la réservation étant faite en ligne et payée, nous devrons prendre notre mal en patience et passerons le moins de temps possible entre les murs (moisis) de l’auberge. Et heureusement, la ville de Córdoba a beaucoup à offrir, comme nous le découvrirons les jours suivants.

Le dimanche, nous entreprenons de visiter le centre historique, car lundi beaucoup de musées seront fermés et nous en profiterons pour nous rendre dans une réserve naturelle voisine. Nous débutons la journée par un brunch dans un quartier sympathique et un peu bohème : Güemes. Nous descendons ensuite vers le marché d’artisanat et le canal (la Cañada), mais le quartier est désert. Le 2 avril est ici un jour férié en hommage aux combattants de la guerre des Malouines, il n’y a donc pas beaucoup d’animation en ce dimanche matin! Les stands vides du marché sont un peu sinistres, mais au moins nous sommes au calme. Nous prenons la direction du centre-ville historique, organisé comme toutes les villes des colonies espagnoles, dont le plan est réalisé avant même le départ des colons vers le Nouveau Monde! Une place centrale accueille une cathédrale (Iglesia Catedral) et le bâtiment municipal (Cabildo). Autour, un plan en damier dessine la constitution des pâtés de maisons (manzanas). La cathédrale n’ouvre pas avant 17h le dimanche, comme toutes les autres jolies églises de la ville, mais le Cabildo est en libre-accès. Sur la place, où trône une statue équestre du libérateur San Martín, se trouve également l’office de tourisme, qui propose d’intéressantes visites guidées. Nous entrons dans le Museo Municipal de Bellas Artes, hébergé dans une jolie demeure et aussi en livre-accès. L’intérieur de la maison est très beau, mais nous ne sommes pas assez connaisseurs pour apprécier les œuvres d’art exposées et le tour est vite fait!

Etant donné l’ambiance de ville fantôme qui règne au centre-ville, nous décidons de gagner le parc Sarmiento, au bout de l’Avenida Hipólito Irigoyen, qui relie les places San Juan, au centre et España, au Sud. Cela nous fait passer par le quartier de Nueva Cordoba et le Paseo Buen Pastor, une ancienne paroisse dé-consacrée et transformée en salle de spectacle. L’ensemble est assez sympathique pour une pause et probablement encore plus agréable par beau temps! En effet, malgré de belles éclaircies en matinées, la pluie n’est pas décidée à nous lâcher et le ciel conserve une couleur gris foncé en permanence. Le parc Sarmiento, comme celui de Mendoza, a été pensé par le paysagiste français Carlos Thays; décidément nous n’aimons pas cette conception d’espaces verts entrecoupés de routes! Cela dit, le Paseo del Bicentenario, qui retrace les 200 années d’histoire de Córdoba, est intéressant, bien que dégradé par des tags. Un petit zoo, une fête foraine, une roserais (sans fleurs à notre passage) et de petits musées tournés vers les enfants (le musée de sciences naturelles se visite en 1h) font de la zone un endroit agréable pour les familles le weekend (et par beau temps). A proximité, se situent le beau musée provincial des beaux arts, ainsi que le futuriste centre culturel des archives provinciales. Nous faisons rapidement le tour de la zone, avant de terminer la journée dans un café pour échapper à la pluie.

Publicités

4 réflexions sur “Premiers pas à Córdoba

    • Nadia dit :

      Haha! Oui je vais faire un résumé après avoir rattrapé tous les articles en retard! On a bien profité de la présence de Thibaut et j’ai quelques articles à rattraper. Donc pour la conclusion il faudra attendre un peu! 😉

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s