Cusco, capitale archéologique

Nous quittons Lima le lundi 22 mai en milieu d’après-midi, à bord d’un bus tout confort de la compagnie Cruz del Sur. Le Pérou ayant une très mauvaise réputation quant à la sécurité de ses moyens de transport, nous avons préféré privilégier l’une des compagnies les plus réputées. Et comme le prix d’un billet « couchette » avec repas et petit-déjeuner est équivalent à un transport classique du Brésil, nous nous sommes fait plaisir! C’est que nous avons plus de 20 heures de trajet prévues jusqu’à Cusco, deuxième ville du pays, située à quelques 1100km, dans les Andes. Le service à bord est impeccable (nous avons même un écran pour visionner des films!), les sièges moelleux et nous ne voyons pas le temps passer jusqu’au petit matin. A ce moment-là, le bus débute son ascension dans la cordillère et la route se fait sinueuse: malgré le confort, ça tourne beaucoup et certains passagers sont malades. Vers 7h, nous devons nous arrêter: un éboulement vient juste de se produire et d’énormes blocs de roche barrent la route. Quelques riverains ont déjà commencé à dégager le passage, mais certaines pierres font la taille d’une grosse voiture et les véhicules sont obligés de les contourner. Nous attendons presque une heure avant de pouvoir passer; dans l’autre sens, de gros camions resteront bloqués pour un moment! Nous atteignons Cusco en milieu de journée et prenons un taxi pour nous rendre à l’hostel que nous avions réservé en avance. Nous sommes à 3400m d’altitude et, le souffle un peu court, nous peinons à gravir les marches jusqu’à notre chambre. Il fait très froid et nous sommes épuisés par la différence d’altitude avec Lima, aussi la journée du mardi ne sera pas très productive.

Le lendemain, nous nous levons frigorifiés, mais motivés à visiter Cusco. Cette métropole, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, était autrefois le centre de l’Empire Inca et a été nommée récemment capitale archéologique de l’Amérique du Sud. Notre curiosité pour les cultures précolombiennes du Pérou et leurs mystères est aiguisée et nous avons hâte d’en savoir plus sur cette ville. Premier constat en sortant dans la rue: ici, la culture péruvienne s’exprime sans limites. Une grande majorité d’habitants porte encore le costume traditionnel, partout dans la rue les spécialités locales sont à l’honneur et, sur les places publiques, des groupes de jeunes répètent des danses ancestrales. La fête du solstice d’hiver approche et les Cusqueños se préparent doucement à célébrer l’une de leurs coutumes les plus importantes. Nous commençons notre balade par le cœur de la ville, la Plaza de Armas. Contrairement à ce que l’on voit dans la plupart des cités issues de la colonisation, il n’y a pas de cabildo, ni de statue de San Martín. Cusco et sa place principale existaient bien avant l’arrivée des Espagnols et ceux-ci n’ont fait qu’écraser les monuments incas pour construire des sites religieux à travers toute la ville. Les habitants sont fiers de leurs origines et au centre de la place, c’est une statue de Pachacútec, l’une des figures incas emblématiques, qui trône sur un piédestal. La place en elle-même est très agréable et en ce mercredi, elle est envahie d’enfants de maternelle qui semblent participer à une sortie spéciale: ils courent, dansent, apprennent à manier un ballon ou à jouer à la marelle sous le regard attentif d’une armée d’encadrants. Avec leurs uniformes colorés et leurs petits chapeaux, ils sont trop mignons et nous avons du mal à les quitter du regard! Nous prenons la direction de la Plaza Regocijo, entourée de beaux bâtiments, aujourd’hui occupés par des restaurants et boutiques de luxe. Sur la Plaza San Francisco, à une cuadra de là, d’autres groupes d’enfants participent à des ateliers en musique, cette ville est décidément très animée! Nous poursuivons en passant sous l’arche Santa Catalina, près du couvent du même nom, avant de gagner le marché San Pedro. Les stands y sont très variés et nous sommes étonnés d’y trouver du fromage! Malgré l’affluence touristique, ce mercado a gardé une atmosphère très locale et les produits nous font envie.

Mais comme il n’est pas encore l’heure du déjeuner, nous retournons vers l’Avenida del Sol, principale artère commerçante, qui rejoint la Plaza de Armas. En cours de route, nous tombons par hasard sur l’agence de voyage qui organise le Trek du Chemin de l’Inca, que nous avons réservé il y a près d’un an, avant même de quitter la France. C’est l’occasion de s’assurer que tout est en règle pour la randonnée qui commence samedi. Nous faisons bien: il y a une erreur dans le numéro de passeport de Franck! Le gouvernement péruvien limitant les accès au Chemin de l’Inca à 500 personnes par jour, cette donnée est indispensable pour pouvoir participer. Heureusement, une modification est possible, moyennant une belle amende, que l’agence ayant commis l’erreur devra prendre en charge. Soulagés d’avoir pu régler ce léger problème, nous partons sur l’Avenida del Sol, acheter nos boletos turisticos, des tickets donnant accès à un certain nombre de sites touristiques à Cusco et dans la vallée sacrée. Le prix n’est pas donné, mais ils sont valables 10 jours et nous comptons bien visiter un maximum de ruines incas! Ensuite, direction le site de Qorikancha, un ancien ensemble inca, sur lequel les Espagnols ont bâti le couvent Santo Domingo. La culture Inca s’est étendue entre les XIVè et XVIè siècle, principalement sous l’influence de Pachacútec, avant d’être écrasée par l’invasion espagnole à la fin du XVIè siècle. Cusco était alors la capitale d’un empire s’étendant sur 6 pays (Colombie, Equateur, Pérou, Bolivie, Chili et Argentine) et divisé en 4 Suyus (districts): Chinchansuyu, au Nord-Ouest, région de l’ocelot, Cuntisuyu, à l’Ouest, région du condor, Antisuyu, au Nord-Est, région du jaguar et Collasuyu, au Sud, région du lama. Le temple de Qorikancha, exactement au centre de cet empire, aurait été une place majeure et le plus riche monument de tout l’Empire, avec des murs recouverts de feuilles d’or et des reproductions à taille réelle de plants de maïs en or et en argent, « plantés » en terre lors des célébrations du solstice d’hiver. Evidemment, toutes ces richesses ont été pillées et fondues lors de la conquête espagnole et les murs de cette importante place inca, en partie détruits pour construire le monastère qui le recouvre aujourd’hui.

Inca_Empire_South_America

CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=10940018

La visite est tout de même très intéressante car une bonne partie des anciens temples ont été conservés pour servir de base aux nouveaux murs et nous pouvons admirer le travail considérable de taille des pierres. La précision d’alignement est impressionnante et contraste fortement avec l’aspect plus grossier des pavés du monastère. De plus, des panneaux donnent des explications sur l’astrologie inca ainsi que le réseau de places et sites religieux, reliés entre eux par des Seqe (chemins) et qui correspondraient au calendrier Inca. Nous repartons du musée avec l’envie d’en savoir plus sur cette civilisation, qui s’est étendue et développée en s’inspirant des meilleurs savoirs-faire de tous les territoires conquis. Nous terminons notre tour de la ville en passant dans quelques rues piétonnes, encore bordées de vestiges de murs incas, pour gagner la Plaza San Blas. Située sur les hauteurs à l’Est de la Plaza de Armas, c’est le cœur du quartier bohème de la ville et nous en profitons pour faire une pause déjeuner. L’après-midi, nous avons prévu de visiter le site de Sacsayhuamán, qui surplombe la cité et comporte d’importants vestiges précolombiens. Lorsque l’Inca Pachacútec a fait de Cusco le centre de son Empire, il a souhaité donner à la ville une forme de Puma; Sacsayhuamán en constituait alors la tête (voir le plan de la ville ci-dessous).

Trajet_Perou_1

Fonds de carte: © les contributeurs d’OpenStreetMap

Publicités

Une réflexion sur “Cusco, capitale archéologique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s