Rendez-vous avec les astres

Nous nous sommes décidés à passer une nuit sur l’île du Soleil (Isla del Sol), située sur le côté bolivien du lac Titicaca. Cette terre aurait vu naître le Soleil lui-même, ainsi que ses enfants, les parents de tous peuples précolombiens de la région : Manco Cápac et Mama Ocllo. L’île recèle donc des ruines Incas en l’honneur du soleil, ainsi qu’une pierre en forme de puma (Titi Khar’ka) qui aurait donné son nom au lac. Un peu plus loin, se trouve l’île de la Lune (Isla de la Luna), d’où le dieu Viracocha aurait ordonné la création de cet astre. Elle abritait autrefois le palais des Vierges du Soleil (Iñakuyu), des jeunes filles élevées comme en couvent, pour servir ce culte. Les tours en bateaux proposent habituellement d’accoster au Nord de l’Isla del Sol, mais un conflit oppose actuellement deux clans de la zone et celle-ci est fermée aux touristes. Cela bénéficie au Sud de l’île, mais aussi à l’Isla de la Luna, proposée en remplacement. Nous nous préparons donc à embarquer, mercredi matin, vers 8h30, à bord d’un petit bateau, pour un tour combinant les deux îles. Frigorifiés, nous attendons impatiemment le départ en nous inquiétant de voir partir d’autres embarcations chargées de touristes : pourvu que nous ne soyons pas trop nombreux à l’arrivée ! Nous quittons le port après tout le monde, mais visiblement nous allons plus vite et les rattrapons à mi-chemin ! Nous accostons sur l’Isla de la Luna, autrefois appelée Coati, vers 11h et disposons d’une heure pour la visiter. La communauté profite de l’afflux touristique grâce à un petit droit d’entrée, ce qui permet aussi de maintenir les sites dans un excellent état. Nous visitons rapidement les vestiges de l’Iñakuyu, en adobe ; contrairement à des constructions de pierre, ils ont beaucoup souffert du temps et sont pourtant parmi les sites les mieux conservés de la région. Nous grimpons ensuite au sommet de la colline la plus proche (nous n’avons pas vraiment le temps d’explorer plus loin) : c’est rassurant de voir les autres visiteurs souffler tout autant que nous ! La vue est incroyable : au premier plan, la végétation de l’île est arrosée de la lumière déjà forte du soleil, puis le bleu du lac tranche avec le blanc manteau des sommets de la Cordillera Real, tout au fond. Une légende raconte qu’un énorme serpent aurait cherché à attaquer l’Isla del Sol ; voyant cela, un guerrier, armé de son arc, aurait abattu le reptile, dont le corps aurait coulé dans le lac. La bête étant énorme, une partie de son corps serait restée hors de l’eau et, transformée en pierre, aurait donné naissance à l’île de la Lune. Aujourd’hui encore, on peut voir la partie ensanglantée de l’animal à l’extrémité Ouest de l’île…

Nous repartons vers midi pour rejoindre le Sud de l’Isla del Sol, géré par la communauté Yumani. Le port est situé juste au pied d’anciens escaliers incas, qu’il faut gravir pour atteindre le village. C’est un peu dur, mais le cadre est vraiment joli et les vues magnifiques. Nous dénichons une chambre pour la nuit : pas très propre et vraiment rustique, mais vus les prix pratiqués sur l’île, nous n’avons pas le choix ! C’est la fête dans le village depuis déjà deux jours et les habitants ne semblent pas fatigués de célébrer. En costumes traditionnels de cérémonie, ils dansent au rythme d’un orchestre, tout en s’alimentant de bière locale ! Les enfants sont un peu laissés au dépourvu et en explorant un peu les alentours, nous nous rendons compte que ce sont eux qui tiennent les commerces pendant que leurs parents festoient ! Nous profitons de l’animation pour manger au stand de la fête, au pied de l’église ; non seulement c’est économique, mais nous sommes aussi dans l’ambiance des célébrations. L’avantage de la nourriture locale, c’est qu’elle est très nourrissante : poulet frit, riz, frites et juste un peu de salade pour la forme ! Nous avons tout notre temps pour ensuite explorer la partie Sud de l’île. Les principales ruines incas étant situées dans le Nord, fermé aux visiteurs, la balade sera tout de même assez courte. Nous traversons le village et passons devant un nombre incroyable de maisons d’hôtes et de petits restaurants, les plus hauts sur la colline bénéficiant d’une vue splendide de tous côtés. Le chemin grimpe en effet pendant un bon moment, jusqu’à un point de vue, où une construction biscornue a été commencée mais jamais achevée. De là, nous bénéficions d’un beau panorama sur l’Isla de la Luna et la Cordillera Real, ainsi que sur la baie de Ch’alla, située dans la partie Nord de l’île. C’est vraiment très beau et, comme le bateau retour est déjà parti, il ne reste que peu de touristes sur l’île. Nous profitons donc d’un moment privilégié, presque seuls avec les moutons et les lamas. Le soir, nous nous rendons au Sud-Ouest, où une grande baie abrite de nombreux bateaux et nous nous installons en hauteur sur les terrasses pour admirer le coucher du soleil: un très beau moment.

La fête bat encore son plein lorsque nous retournons à la maison d’hôtes : deux orchestres semblent en compétition pour la dernière danse et la soirée se termine dans une joyeuse cacophonie. L’alcool a coulé à flots et certains habitants ont du mal à tenir sur leurs jambes. Mais ce n’est pas vraiment fini! Une fois les orchestres partis, une sono est installée pour continuer la fiesta jusqu’au bout de la nuit. Ils sont vraiment infatigables ! La nuit tombée, le froid est revenu et il n’y a pas grand-chose à faire pour nous qui ne festoyons pas. L’électricité est acheminée via des pylônes qui traversent le lac, mais nous préférons suivre le rythme du soleil et nous coucher tôt. Cette nuit sera l’une des plus inconfortables que nous aurons passées (il y avait des limaces sur la tête de lit en roseaux… et une souris ? quelque part dans la chambre)… Nous sommes levés avant l’aube, pressés de quitter notre logement ! Les premiers rayons solaires pointent à l’horizon, alors que nous redescendons vers le port, dans l’idée de prendre le premier bateau vers Copacabana. Nous nous arrêtons quelques minutes pour admirer ce lever de soleil ; comme il est très tôt, il n’y a encore personne aux alentours pour troubler ce moment magique. Nous rejoignons ensuite l’une des auberges qui surplombent le port pour prendre un petit déjeuner face à la douce lumière matinale du jour levant. Nous n’avons pas passé une bonne nuit, mais nous avons pu profiter de moments privilégiés sur cette île et nous ne regrettons pas d’y être restés un peu plus longtemps. Après un bon thé chaud, nous embarquons sur le bateau qui doit partir à 8h30; mais l’heure passe et personne ne détache l’embarcation… En fait, nous attendons quelques habitants qui ont eu du mal à se réveiller (les lendemains de soirée à 4000m ne sont pas faciles…) et qui nous rejoindrons quelques minutes plus tard. Le trajet retour longe un peu plus la côte qu’à l’aller, nous faisant profiter de jolis paysages, et nous arrivons à Copacabana avant 11h. Notre programme étant réalisé, il nous reste alors deux jours de repos total avant de reprendre le chemin du Pérou, d’où nous prendrons l’avion pour le Mexique !

Publicités

Une réflexion sur “Rendez-vous avec les astres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s